Communiqué de presse

Trajectoire solide pour l’impôt des sociétés réformé

La réforme de l’impôt des sociétés est une des réformes économiques les plus importantes du gouvernement fédéral. Au cours de la première partie de cette année, le taux général a été abaissé à 29% et les PME paient 20% sur les premiers 100.000 euros de bénéfice. Les entreprises paient en grande partie cet impôt de manière anticipée. Ce système a également été modifié dans le cadre de cette réforme. Un accroissement de 6,75% est d’application pour les sociétés qui n’effectuent pas assez ou pas du tout de versements anticipés. Pour l’exercice d’imposition 2018 (revenus 2017) ce pourcentage était de 2,25%.

Les nouveaux chiffres relatifs aux versements anticipés pour le premier trimestre 2018, pour lesquels la date limite était fixée au 10 avril, sont particulièrement positifs. Depuis le 1er janvier 2018, le SPF Finances a enregistré plus de 2 milliards d’euros de versements anticipés supplémentaires par rapport au premier trimestre 2017. A cela s’ajoute 100 millions de versements anticipés supplémentaires à l’impôt des personnes physiques, ce qui représente un total de 2,1 milliards d’euros de recettes supplémentaires en matière de versements anticipés à la première date ultime de versements anticipés par rapport à 2017. 

Le Ministre des Finances, Johan Van Overtveldt: “Lors de la réforme de l’impôt des sociétés, de nombreux doutes ont été formulés quant à la neutralité budgétaire, tant au niveau de la réforme dans son ensemble que des mesures ciblées. Nous voyons à présent qu’à la première date limite, les versements anticipés à l’impôt des sociétés enregistrent une hausse de plus de 2 milliards d’euros. Les résultats du premier trimestre ne peuvent évidemment pas être extrapolés de manière linéaire et ne donnent pas encore une image globale mais nous rassurent sur le fait que les objectifs budgétaires seront bel et bien atteints. Les doutes formulés jadis sont donc une nouvelle fois infondés. La réforme de l’impôt des sociétés offre de l’oxygène aux entreprises. La baisse des charges n’est pas seulement une bonne chose pour l’économie, elle l’est également pour le budget.